Club de Jeux de rôle de la MJC de Colmar.Forum pour s'organiser les séances, parler ensemble des jeux que l'on aimes et que l'on a envie de jouer.


    Dk Laelith - résumé 1

    Partagez

    Mario
    Niveau 1
    Niveau 1

    Messages : 13
    Date d'inscription : 29/08/2015
    Age : 40
    Localisation : Colmar

    Dk Laelith - résumé 1

    Message  Mario le Lun 14 Déc - 9:16

    (à déplacer dans le forum dédié une fois créé)

    C’était un soir de semaine à la taverne du troll qui ronfle, ce qui explique que Hennebert, Dellebert et Tébert s’ennuyaient en buvant leurs bières.
    Soudain pris d'une idée pour passer le temps, Hennebert lança :
    - Hé ! vous vous souvenez des six flamboyants étrangers ?
    - Ah ouais, y’avait un panda, un type joufflu habillé en rouge et …, tenta Tébert avant de se faire abruptement couper.
    - Mais non, crétin. Je te parle des six étrangers qui ont fait parler d’eux il y a quelques années.

    Dellebert, qui trouvait que toute conversation se valait pour peu que ça divertisse un peu du quotidien, encouragea son copain : “allez, rafraîchis-nous la mémoire…” avant de rajouter plus doucement en coulant un regard noir au tavernier : “ça changera de la bière tiède…”

    - Ben y’avait déjà ce gars, là, recommença Hennebert, le regard perdu dans un coin de la taverne à la recherche de ses souvenirs. Estranor, qu’on l’appelait. L’était venu à Laelith pour changer de vie, le gars. Ben il a été servi ! Une sorte de sorcier, qui te balançait des décharges électriques que tu sentais passer. Et il paraît qu’il était pas si mauvais non plus avec une arme, mais j’en sais pas plus.
    Et puis l’autre, là, le barbare. Korg, je crois. Ou un truc en une seule syllabe. Lui, c’était un type puissant par chez lui, qui maniait le feu - et ça, chez les barbares du nord, ça te change un homme. Et pis un jour, il s’est pris une malédiction dans la gueule et ça fout toujours un peu les boules. Alors il est venu à Laelith pour trouver une solution.
    Et le gentil p’tit gars, là, le Coren. C’était un prêtre du dieu de la bière. Le sien, quoi. Le pauvre, il savait pas trop que des dieux de la bière, on en avait déjà une bonne dizaine, à Laelith, mais le sien, il était pas mal il paraît. Avec de l’amertume comme il faut. En tous cas, il a tout fait pour en rajouter un onzième. Comme si on allait refuser un onzième dieu de la bière !”

    Les trois hommes restèrent un moment silencieux, en hochant la tête, l’air benêts, méditant sur ces propos.

    “Après, je suis moins sûr… Y’avait aussi cette boîte de conserve. Ixecéhache le 7000ème, je crois. Ou un truc comme ça. Un cuisinier. Enfin, c’est pour ça qu’il avait été fabriqué, je sais pas par qui. Et quand le 8000ème est arrivé, il était plus aussi performant, alors il s’est jeté lui même. A Laelith, on trouve beaucoup d’épaves, mais ce truc là, il avait encore des réserves.
    Kephri aussi, c’était une sorte de boîte. Genre avec une carapace, un scarabée, mais que t’écrases pas si facilement. Il a commencé comme garde du corps. En fait, je crois qu’il a jamais rien fait d’autre. Culturel, il paraît, chez son peuple. Un pote m’a dit que chez ces gens-là, on n’aime ni l’eau, ni les mats. Pour les mats, je sais pas d’où ça vient.
    En tous cas, le gars, il accompagnait un truc bizarre. Xzaris, que ça s’appelait. Je crois que c’était femelle. Un insecte qui bouffe les gens après avoir fait des trucs avec. Le genre que tu retrouves toujours au plafond quand t’as pas envie qu’il y soit. Elle était venue à Laelith pour devenir reine. Personne lui avait dit, sans doute, qu’ici, on n’a que des rois-dieux.
    C’étaient eux, les six flamboyants étrangers…

    - Ouais, moi j’ai entendu d’autres noms pour ce groupe. On les appelait aussi les six improbables, je crois., ajouta Tébert, l’air maussade
    - Quoi ? Tu me crois pas ? s’énerva Hennebert.
    - Mais si, mais si ! Et après, ils ont fait des tas de trucs, ont sauvé quatre ou cinq princesses, trouvé des tas d’objets qu’on croyait perdus et sont partis chez eux. Mais vas-y, raconte donc ! Ils ont tué combien de dragons ?
    - Oh, et puis zut. Un jour, ils ont pris le bateau et le bateau a coulé. Voilà.”

    Dellebert, qui avait l’habitude des disputes de ses deux camarades tenta de sauver la soirée :
    - Tu pourrais la fermer, Tébert ! Tu nous l’a tout vexé, maintenant. Allez, déconne pas, Hennebert, raconte nous ça mieux. Tu dis qu’ils ont pris un bateau ?
    A
    près quelques secondes à ruminer, Hennebert repris le fil de son histoire.

    Prélude : le lac d’Althalith

    - Bon, ok, le bateau, c’était l’Anabelle. Vous savez, le voilier du capitaine Galluk. Un type qui était toujours inquiet, mais qui continuait à accepter en passager des gens bizarres, allez comprendre.
    En plus des six, cette fois là, il avait des tas de soldats blessés et une femme en toge qui avait un laisser-passer signé par le Roi-dieu lui même. Alors forcément, quand la femme a expliqué au pauvre capitaine que la ville rembourserait pour toutes les réparations sur le bateau alors que jusqu’à présent, la traversée était vraiment calme, le capitaine a pas été rassuré.
    Patatras ! Voilà que des pirates attaquent le navire !”
    - si tu pouvais éviter les “patatras”, c’est vraiment nul…
    - oh, la ferme, Tébert. Te laisse pas interrompre, Hennebert !

    - Hum… bon, les pirates, ils avaient pas l’air super motivés, mais ils y sont allé quand même. Sauf leur capitaine à eux, qui semblait aussi inquiet. Et il avait raison. Le combat était pas fini qu’une sorte de tourbillon magique est apparu et s’est mis à mettre les deux bateaux en pièces, les envoyant par le fond.
    Il paraît que lorsqu’ils ont coulé, les six flamboyants étrangers ont vu qu’il y avait une sorte d’homme de pierre qui flottait entre deux eaux, habillé d’une toge bleue et utilisant une sorte de pouvoir bizarre. Ouais. Après, ils ont coulé par le fond.”

    Hennebert fit une pause pour terminer sa chope, fit la grimace, puis après avoir ménagé une savante coupure de conteur professionnel, repris son histoire…

    Première promenade : la chaussée du lac

    - Quand ils sont revenus à eux, ils avaient été péchés. Et les femmes de Manouk, elles vidaient le poisson tout autour d’eux. Ils étaient presque nus, avaient perdu toutes leurs affaires, mais vous connaissez Manouk ! Toujours le coeur sur la main et la main au portefeuille ! En tous cas, il a tout de suite su comment gérer la situation.
    Il les a laissé sortir du filet au lieu de les rejeter à la mer, et leur a proposé un de ses plans pour se lancer tout de suite. Ah ! Sacré Manouk ! Il aime bien aider les p’tits jeunots fraîchement arrivés dans le quartier.
    En plus, tout était super bien organisé : il s’agissait juste de récupérer un petit rubis, qui avait malencontreusement été piqué par des gens, et était stocké tout en haut du fort du vaisseau de pierre, où - hasard total - se trouvait aussi la garnison et les 750 meilleurs soldats de la ville. Tout ça, histoire de le rendre à son propriétaire, en échange d’une poignée de pièces d’or.
    Alors il suffisait d’attendre que la garnison sorte. Et ça arrive justement une fois l’an, lors du jour de l’Aquethanae, le jour où les morts-vivants attaquent traditionnellement la ville en débarquant avec un bateau sur la chaussée du lac. Comme c’est un peu la panique, ce jour là, la garnison serait vide et y’avait plus qu’à cueillir la pierre.
    Bon, et pour savoir quel jour tombait l’Aquethanae cette année là, suffisait de rentrer dans le laboratoire où les initiés du poisson d’argent et du crâne calculaient le bon jour en secret, et ainsi le savoir avant tout le monde, histoire d’avoir un peu de temps pour préparer tous les détails de l’opération !

    Franchement, il pouvait pas y avoir de plan mieux ficelé que ça. Et en plus, comme aucun des six n’avaient de femmes, Manouk n’était même pas obligé de les engager si quelque chose se passait mal. Et histoire d’aider encore un peu plus, Manouk a pris la liste de tout ce que voulaient les six, pour leur fournir en déduction de leur salaire futur. Y’a pas à dire, Manouk, c’est vraiment un gars bien.
    Une fois qu’ils ont eu tout ce qu’ils avaient demandé... Enfin, presque, y’a eu des trucs plus durs à trouver que d’autres, eh bien les six, ils …”



    A ce moment, le tavernier, un gros troll aux oreilles tombantes, s’approcha de leur table et dit de sa voix rocailleuse et lente :
    “Allez, dehors. Y’a personne ce soir, et je m’ennuie. Du coup, je ferme et je vais aller me coucher, j’ai eu une mauvaise nuit…”

    Avec quelques grommellements, mais sachant qu’ils ne devaient pas contrarier le patron s’ils voulaient revenir boire ici, les trois compères titubèrent jusqu’à la porte.
    Hennebert serra la main de ses deux compagnons de beuverie avant de s’éloigner en zigzaggant le long de l’échelle du bois qui passe. Tébert se tourna alors vers Dellebert pour le saluer à son tour et lui dit :
    - il est sympa, franchement, je l’aime bien. Mais ses histoires ! On n’y croit pas un instant.
    - Ouais, mais essaie d’être sympa avec lui. Depuis que son fils a quitté la maison, il y est tout seul avec bobonne. Et il aimait bien raconter des histoires à son gosse.
    - Euh, le gosse, il avait pas 32 ans ?
    - Si, mais c’est pas la question. En tous cas, tu peux t’attendre à ce qu’il nous raconte la suite demain soir, alors essaie d’être patient.

    Puis les deux amis se séparèrent et s'éloignèrent dans la nuit brumeuse.

      La date/heure actuelle est Mar 25 Juil - 14:45